Les Vadrouilleurs, Guilde marchande des Royaumes, Flotte commerciale

Forum annexe des Royaumes Renaissants
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Extraits de Santé Nature Innovation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lysiane
Cofondatrice
avatar

Messages : 9188
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Extraits de Santé Nature Innovation   Sam 22 Nov - 16:25

Citation :
Faut-il craindre les nitrates (et les nitrites) ?

Chère lectrice, cher lecteur,

Nitrates… le mot évoque les plus horrifiants excès de l'agriculture intensive.

Cette agriculture qui scie la branche sur laquelle elle est assise, en détruisant la nature même qui lui permet d'exister !

Mais savons-nous réellement ce que sont les nitrates et les nitrites, qui ont si mauvaise réputation, et dont nos viandes et charcuteries sont imbibées ?

« Euh, j'sauré pas trop dire… j'sais que c'est pas bon pour la nature… Mais chsé pas vraiment ce kcé… »

Normal. Car les médias qui affolent les populations sur les nitrates se gardent bien de donner des informations utiles. Des fois que ça fasse réfléchir… ça pourrait être dangereux.

N comme Azote

Si vous vous rappelez vos cours de chimie au lycée, vous savez que l'élément azote est désigné par la lettre N dans le tableau de classification des éléments.

Cela ne paraît pas logique, sauf que les Anglais et les Allemands parlent de « nitrogen » pour désigner l'azote.

Le mot nitrate vient de nitrogène, parce que la molécule de nitrate contient un atome d'azote.

Loin d'être l'ennemi de la nature, l'azote est partout là où il y a de la vie : dans les plantes et la viande que vous mangez, et dans votre corps même, où il représente 3 % de votre masse. L'essentiel de l'air qui nous entoure (78 %) est fait d'azote.

Et pour que nous soyons tous parfaitement au point sur le sujet, allons encore plus loin. Je vous donne la formule chimique du nitrate, puis celle du nitrite :

Le nitrate est formé de 1 atome d'azote, lié à 3 atomes d'oxygène. Formule chimique : NO3.

Le nitrite est formé de 1 atome d'azote avec 2 atomes d’oxygène. Formule chimique : NO2.

Autrement dit, le nitrite est comme le nitrate, mais avec 1 atome d’oxygène en moins.

Donc les Nitr-a-tes ont 3 atomes d'oxygène, tandis que les Nitr-i-tes ont 2 atomes d'oxygène.

Alors, les nitrates et les nitrites sont-ils vraiment dangereux pour la santé ?

La vérité sur les nitrates

Scoop : si les fermiers mettent du fumier dans leurs champs, c'est parce que le fumier est riche en nitrates, et que cela fait pousser les plantes.

Et si ça fait pousser les plantes, c'est parce que les nitrates sont bons – et même nécessaires – pour les plantes !

Cela veut dire que les nitrates ne sont pas forcément uniquement mauvais pour la nature, puisqu'ils aident les plantes à pousser.

« Oui, mais les nitrates tuent les poissons !! »

Les nitrates ont mauvaise réputation car ils « tuent les poissons » lorsqu'ils sont en trop forte concentration dans l'eau.

Mais il faut bien comprendre pourquoi.

Lorsque les agriculteurs mettent du fumier dans leurs champs (pour faire pousser les plantes) et que les eaux de pluie emportent les nitrates vers les rivières, par ruissellement, cela fait pousser les algues beaucoup plus vite dans les estuaires, là où les nitrates se concentrent.

Or les algues ont besoin d'oxygène pour vivre. Lorsqu'elles se développent trop, elles provoquent une situation d'anoxie (absence d'oxygène) dans l'eau : les poissons meurent parce qu'ils ne peuvent plus respirer. Les algues ont tout pris !

Mais ce ne sont pas les nitrates eux-mêmes qui tuent les poissons. Les nitrates ne sont pas un poison.

Selon un avis rendu en 1990 par le « Comité scientifique de l'alimentation humaine sur les nitrates et les nitrites » de la Commission des Communautés européennes

« Le nitrate en soi a une toxicité aiguë très faible [1] »

Les bienfaits des nitrates pour la santé humaine

Les adultes, et les enfants de plus d'un an, n'auraient rien à craindre des nitrates.

L'étude qui, à l'origine, avait fait un lien entre nitrates et cancer et créé une psychose à ce sujet a été discréditée. Les revues majeures de littérature scientifique n'ont trouvé aucun lien entre les nitrates, les nitrites et le cancer chez les êtres humains, ni aucun signe qu'ils pourraient être cancérigènes. De plus, la recherche récente indique que les nitrates et les nitrites seraient non seulement inoffensifs, mais pourraient même être bénéfiques, en particulier pour le système immunitaire et le cœur.

En revanche, ils pourraient améliorer les performances physiques, surtout dans les sports d'endurance. Les betteraves rouges et le jus de betterave rouge sont souvent utilisés par les sportifs dans ce but. Ils ont en effet une très haute teneur en nitrates.

L'explication serait que les nitrates augmentent l'efficacité des mitochondries, les éléments cellulaires qui produisent de l'énergie.

Certaines études ont montré que les betteraves réduisent les besoins d'oxygène de 5,4 %, augmentent la capacité de sprint de 4 %, et augmentent la durée d'effort intense de 15 %.

Mais venons-en au suspect principal : les nitrites.

L'origine des nitrites


Le nitrate de potassium, aussi appelé salpêtre (qui vient de sal et petra, les mots latins qui veulent dire « sel » et « pierre »), est traditionnellement utilisé pour conserver les viandes, comme le sel.

Mais en 1900, des scientifiques se sont aperçus que les vertus du salpêtre pour la conservation venaient de certains micro-organismes qui transforment les nitrates en nitrites. Cela permit de remplacer le salpêtre comme agent de conservation par de toutes petites doses de nitrites. C'est la raison pour laquelle vous pouvez aujourd'hui acheter votre viande fraîche au supermarché, alors que vos arrière-grand-parents ne la trouvaient que salée (quand la bête ne venait pas d'être abattue).

Avez-vous déjà découpé une bête au couteau ?

Les bouchers ajoutent des nitrites sur leurs viandes, ainsi que dans leurs charcuteries qui, sans cela, seraient brunes ou grises, et non pas du beau rouge brillant qui attire l'œil… et le client.

Si vous avez déjà découpé vous-même une bête au couteau, vous savez qu'il ne faut que quelques minutes pour que la viande fraîche perde sa belle couleur. Exactement comme une blessure que vous vous faites : la chair réagit, s'oxyde, le sang coagule, la viande se rétracte. Ces magnifiques entrecôtes ou rumsteak rouge vif que vous trouvez sous emballage ont dû subir un traitement pour conserver une telle couleur, c'est forcé.

Mais si vous pensez pouvoir éviter les nitrates et les nitrites en achetant des aliments garantis sans nitrates ni nitrites, ne vous laissez pas embobiner.

Les produits « sans nitrites » qui utilisent des conservateurs « naturels » utilisent en fait exactement les mêmes sources, à savoir du sel au céleri ou à la betterave, riches en… nitrites, naturellement.

D'ailleurs, ce n'est vraiment pas un problème car les nitrites ont l'avantage d'être :

d'excellents antioxydants, ce qui permet de préserver la saveur de la viande et empêcher qu'elle prenne un « goût de vieux » désagréable.

Les nitrites détruisent également de nombreux pathogènes, dont le Clostridium botulinum, la bactérie qui donne le botulisme, une maladie rare mais mortelle. Botulus vient du latin « saucisse », parce que c'est en observant un lien entre la consommation de saucisses (sans nitrites) et la maladie que des médecins allemands l'ont découverte à la fin du XVIIIe siècle. En Allemand, le botulisme s'appelle d'ailleurs Wurstvergiftung, autrement dit « empoisonnement à la saucisse ».

Les nitrites sont-ils dangereux ?

Les nitrites ont encore plus mauvaise réputation que les nitrates. Pourtant, 70 % à 90 % de notre exposition aux nitrites provient des nitrites fabriqués par notre corps lui-même, dans notre salive.

Concernant les sources alimentaires de nitrites, ce sont les légumes qui sont naturellement de loin les premiers contributeurs, représentant en moyenne 93 %. Aussi étonnant que cela puisse paraître, une portion d'épinards, deux portions de laitue et quatre portions de céleri ou de betterave contiennent plus de nitrites que 467 saucisses. Et votre propre salive contient plus de nitrites que l'ensemble de ces aliments combinés !

Pas d'accumulation des nitrates et nitrites dans le corps humain

Il est important de comprendre que ni les nitrates, ni les nitrites ne s'accumulent dans le corps. Tout nitrate qui n'est pas utilisé pour produire des enzymes salivaires ou excrété dans les urines disparaît du flux sanguin en moins de cinq minutes.

Mieux encore, lorsqu'une molécule de nitrite perd un atome d'oxygène, elle se transforme en oxyde nitrique, une molécule importante. L'oxyde nitrique (NO) est un gaz à multiples fonctions dans l'organisme.

Il circule le long des parois des artères et provoque la détente des cellules musculaires, ce qui réduit l'hypertension. En effet, lorsque ces cellules se relâchent, le canal sanguin s'élargit et la pression sanguine diminue. On parle d'effet vasodilatateur (dilate les veines).

L'oxyde nitrique prévient l'angine de poitrine, cette douleur qui se produit dans le cœur lorsque le muscle manque d'oxygène du fait d'un trop faible flux sanguin.

C'est de cette façon que fonctionne le célèbre médicament « trinitrine ». Il apporte à l'organisme une source de nitrate, lequel est rapidement transformé en oxyde nitrique et dilate les vaisseaux sanguins.

Il semble que les nitrates soient relativement inertes, jusqu'à ce qu'ils soient transformés en nitrites par les bactéries de la bouche ou les enzymes dans le corps.

Cuisson haute température : attention aux nitrosamines

Le problème des nitrites apparaît lorsque, au lieu de se transformer en oxyde nitrique, ceux-ci forment des nitrosamines.

Ce dangereux phénomène se produit lors des cuissons à haute température, en présence d'acides aminés.

Il existe de nombreuses formes différentes de nitrosamines, et la plupart sont de puissants cancérigènes. Ils sont parmi les principaux cancérigènes de la fumée de tabac, par exemple.

Dans la mesure où les viandes grillées, saucisses, bacon et autres tendent à contenir beaucoup de nitrite de sodium et qu'elles sont riches en protéines (la source des acides animés), les exposer à de hautes températures provoque les conditions idéales pour la formation de nitrosamine.

Des nitrosamines peuvent aussi se former dans le milieu acide de l'estomac.

C'est un problème bien connu dans l'industrie agro-alimentaire, qui doit respecter des limites dans l'usage des nitrites. Elle doit aussi ajouter de la vitamine C (acide ascorbique), qui inhibe la formation de nitrosamines.

Il n'y a pas de recette miracle pour éviter les nitrosamines dans votre alimentation : évitez de cuire vos viandes à haute température, et plus encore de les faire frire.

À savoir sur les nitrites : la maladie du bébé bleu

Si nitrates et nitrites sont bien tolérés par l'enfant et l'adulte, il n'en va pas de même pour les petits bébés. En dessous d'un an, une forte exposition aux nitrites peut leur provoquer une maladie appelée méthémoglobinémie (maladie du bébé bleu). C'est la raison pour laquelle la teneur en nitrates de l'eau courante est étroitement surveillée.

Toutefois, la méthémoglobinémie se soigne facilement grâce à une injection de bleu de méthylène, qui transforme la méthémoglobine en hémoglobine.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysiane
Cofondatrice
avatar

Messages : 9188
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Extraits de Santé Nature Innovation   Sam 29 Nov - 13:27

Citation :
L'huile qui blanchit les dents – et donne l'haleine fraîche

Chère lectrice, cher lecteur,

Les Indiens sont réputés pour avoir les dents blanches.

L'astuce du charbon de bois, qu'ils frottent contre leurs dents et leurs gencives, est connue.

Toutefois, il existe une autre pratique extrêmement ancienne de médecine traditionnelle indienne (Ayurveda) pour donner non seulement les dents blanches, mais aussi l'haleine fraîche et prévenir les caries.

Cette pratique, ce sont les bains de bouche d'huile, et la mode se répand actuellement aux Etats-Unis comme une traînée de poudre (« oil pulling »).

« C'est bon, c'est gluant, ça glisse entre les dents ! »

« Oil pulling » veut dire « tirage d'huile ». Cela consiste à prendre une cuillère à soupe d'huile ou de graisse dans la bouche, et de la faire circuler entre vos dents pendant 15 à 20 minutes.

Avec votre langue, vous « poussez », puis vous « tirez » l'huile en avant et en arrière de vos dents, d'où le nom « oil pulling ». À la fin, on crache, de préférence dans les toilettes pour éviter de boucher les canalisations du lavabo, puis on se brosse les dents normalement.

À ma connaissance, il n'existe pas encore de traduction intelligente en français de « oil pulling ». Les jeux sont ouverts, donc. C'est le moment pour vous de marquer la postérité en inventant l'expression qui sera demain dans toutes les bouches. Envoyez-moi vos propositions, je ferai connaître les meilleures à tous les lecteurs de Santé Nature Innovation !

Comment marche le « oil pulling » ?

Sur chacune de vos dents vivent 1000 à 100 000 bactéries – dans le cas où vous avez la bouche propre. Elles sont de milliers de catégories différentes, certaines étant bonnes pour la santé, d'autres non.

Les bactéries créent un « biofilm » sur les dents, une fine couche qui adhère à la surface. C'est ce qu'on appelle la « plaque dentaire ».

Il est normal d'avoir un peu de plaque, mais s'il y en a trop cela crée de multiples problèmes : mauvaise haleine, dents jaunes, inflammation de la gencive, caries.

Lorsque vous passez de l'huile sur vos dents, les bactéries se font emporter et se « dissolvent » dedans. Vous enlevez donc de grandes quantités de bactéries.

À force de passer entre vos dents, l'huile se mélange à la salive, devient blanche et mousseuse. N'hésitez pas à en cracher une partie si votre bouche est trop pleine.

Vous pouvez faire ça le matin ou le soir avant de vous coucher.

La meilleure huile

Mieux vaut choisir une huile végétale. Traditionnellement, les Indiens se servent d'huile de sésame, qui a bon goût, mais l'huile de noix de coco vierge est peut-être meilleure encore. Personnellement, je préfère son goût parfumé. Mais l'huile d'olive et l'huile de tournesol peuvent aussi faire l'affaire.

L'huile de noix de coco étant solide à température ambiante (jusqu'à 23°C), elle met quelques secondes à se liquéfier complètement dans la bouche. Elle a l'avantage d'être très riche en acide laurique, un triglycéride à chaîne moyenne (TCM) capable de détruire les virus, bactéries et levures [1] [2].

Une cuillère à soupe suffit, mais cela dépend des personnes. Au début, l'impression est un peu bizarre, mais on s'y habitue. Essayez avec différents types d'huile ou graisse, selon vos préférences.

Effets sur l'haleine

Concernant l'haleine, la pratique du « oil pulling » est souvent efficace mais pas toujours. Elle l'est d'autant plus qu'on se nettoie aussi régulièrement les interstices entre les dents avec un fil dentaire (ou un jet d'eau) et que l'on se brosse la langue.

Mais les problèmes de mauvaise haleine ne viennent pas toujours de la bouche. Lorsque vous mangez de l'ail par exemple, il faut savoir que l'allicine, le composé soufré qui donne l'odeur caractéristique, est digérée, passe dans le sang puis rejoint les alvéoles pulmonaires : l'odeur du souffle provient donc du fin fond des poumons à chaque respiration ! Le problème peut aussi venir de remontées acides de l'estomac.

Bon pour le cœur et les artères

Les personnes ayant beaucoup de mauvaises bactéries dans la bouche ont plus de risques d’artériosclérose, le durcissement des artères, en particulier dans le cou (artères carotides) [3]. Elles ont donc plus de risques cardiaques.

Mais beaucoup d'autres problèmes de santé sont associés à une bouche malsaine et envahie de bactéries : cela crée un environnement inflammatoire dans l'organisme qui peut même favoriser certains cancers : cancer du sang, cancer des reins et cancer du pancréas [4].

Meilleur que les bains de bouche chimiques

Cette pratique est à comparer aux bains de bouche chimiques à la chlorhexidine, un agent antimicrobien à usage médical contre les problèmes de gingivite (inflammation de la gencive).

Du point de vue des bienfaits contre la mauvaise haleine, la plaque dentaire, les maladies des gencives, et les bactéries provoquant les caries, les bains de bouche d'huile sont presque aussi efficaces que la chlorhexidine [5].

Mais ils ont aussi moins d'effets indésirables ! Le problème de la chlorhexidine est d'abord qu'elle risque de tacher les dents. Mais surtout, une étude récente a montré que des bains de bouche chimiques trop fréquents augmentent le risque de cancer de la bouche et de la gorge [6], probablement parce qu'ils détruisent toutes les bactéries, y compris les bonnes.

Ce que vous pouvez espérer en pratiquant le oil pulling

Au bout de 10 jours seulement de cette pratique :

vous aurez une sensation de fraîcheur durable dans la bouche ;

vos dents paraîtront plus saines, plus blanches et plus brillantes ;

vos irritations, saignements, inflammations des gencives auront diminué ;

vous réduirez fortement le nombre de bactéries pathogènes dans votre bouche ;

vous diminuerez votre risque de caries.

Attention, je rappelle que cette pratique ne remplace pas le brossage des dents. Elle ne remplace pas non plus le fil dentaire, ou le jet dentaire si vous en avez un (le jet dentaire permet de nettoyer les interstices entre les dents, là où ne passent pas les poils de la brosse).

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysiane
Cofondatrice
avatar

Messages : 9188
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Extraits de Santé Nature Innovation   Lun 20 Avr - 9:37

Citation :
La Lettre Santé Nature Innovation par Jean-Marc Dupuis
est un service d'information gratuit sur la santé, la nutrition et le bien-être.

Quatre arnaques en pharmacie

Chère lectrice, cher lecteur,

Voici quatre médicaments vendus en pharmacie qui sont des arnaques :

Le Guronsan pour les lycéens fatigués

Selon la légende, une pastille de Guronsan contient autant de caféine que 27 tasses de café. Ce serait un produit prodigieux pour aider les adolescents fatigués à réviser et stimuler les employés démotivés !

Mais c'est une fable. Le Guronsan ne contient que 50 mg de caféine [1], bien moins qu'une tasse de café (95-200 mg) [2].

Et son prétendu pouvoir dopant ne vient certainement pas de ses autres ingrédients !

À part un peu de vitamine C, il ne contient que :

du sucre de table (saccharose)

du sel (sodium)

400 mg de glucuronamide, un composé chimique qui n'a aucune propriété médicale démontrée [3]

de l'arôme de « Gin fizz » pour donner l'impression d'un produit « actif » (aussi parce que ça pétille), et des additifs.

Désinfectants et antiseptiques pour les bobos

Quel parent ne se sentirait pas coupable, indigne même, de ne pas avoir de « pschitts » et de bouteilles de désinfectant pour soigner les blessures, le « qui pique » étant toujours considéré comme le plus efficace contre l'infection ?

Produits phare de la vente libre en pharmacie, les désinfectants et antiseptiques sont pourtant inutiles. Aucun n'est aussi efficace, et à usage universel, que l'eau chaude du robinet (dans nos pays).

Le mercurochrome, toxique, est désormais interdit. L'alcool ne doit jamais être utilisé sur la peau, mais uniquement à la désinfection des instruments (thermomètre, aiguille). L'eau oxygénée brûle atrocement les plaies. La chlorhexidine laisse persister de nombreux germes. La teinture d'iode tache et peut provoquer des allergies.

Reste le chlorhydrate d'octenidine, qui est très efficace contre une large palette de micro-organismes infectieux (bactérie, virus, mycoses). Toutefois, il n'est réellement utile qu'en milieu hospitalier, pour les grosses plaies et brûlures à fort risque d'infection. C'est le cas également des antibiotiques à mettre sur la peau. Laissez les médecins manipuler ces produits.

Pour les blessures sans gravité, le mieux de loin est de laver abondamment la plaie avec de l'eau chaude. Il faut un peu de courage au départ mais le miracle est que ce traitement peut supprimer complètement la douleur en un temps record, et accélère considérablement la cicatrisation. Et pour les enfants qui ont surtout besoin d'être rassurés, un bon « bisou magique » de Papa ou de Maman sur le bobo fera encore mieux que les « produits ».

Pour les plaies qui saignent, appliquer ensuite un pansement gras qui n'arrachera pas la croûte quand vous l'enlèverez. (Vous pouvez aussi vous reporter à l’une de mes précédentes lettres pour savoir en détail comment traiter les petites blessures. (la suite ci-dessous)

Médicaments contre le rhume

Si vous attrapez un rhume, c'est parce que votre système immunitaire est affaibli.

Normalement, il aurait dû éliminer le virus avant que vous ne ressentiez les symptômes (nez qui coule, oreilles bouchées, mal de tête, yeux larmoyants).

Toutefois, même s'il a été lent au démarrage, votre système immunitaire est désormais le seul maître à bord. C'est lui qui va éliminer le rhume et vous ne pouvez rien faire pour accélérer la guérison. Cela prendra entre une semaine et dix jours.

Par contre, pour la prochaine fois, prenez de la vitamine C, de la vitamine D, des probiotiques pour votre flore intestinale (centre très important de l'immunité), redoublez d'attention sur votre nourriture, en évitant toute malbouffe.

N'imaginez pas que vous obtiendrez un quelconque effet positif des médicaments contre le rhume.

Bien qu'il en existe des dizaines sur les étagères des pharmacies (Humex, Drill, Fervex, Actifed, Nurofen…), tous ont des effets indésirables qui surpassent leurs maigres avantages.

Il faut bien être conscient de leur mode d'action : en fait de vous « guérir du rhume », la plupart contiennent simplement du paracétamol ou de l'ibuprofène, des produits qui font baisser la fièvre et suppriment la douleur, ce qui n'est pas souhaitable car la fièvre est un mécanisme naturel d'élimination des virus.

Pour vous déboucher le nez ou les oreilles, ils contiennent des produits qui resserrent les vaisseaux sanguins. La conséquence est de vous exposer à des risques d'accident vasculaire cérébral, d'infarctus du myocarde ou de problèmes neurologiques sévères [4]. Ils sont donc à proscrire formellement chez les moins de 15 ans et chez les personnes souffrant de troubles cardiovasculaires ou neurologiques.

Enfin, troisième possibilité, ils contiennent des antihistaminiques, des produits qui réduisent les réactions immunitaires, supprimant les symptômes mais laissant ainsi la voie libre aux virus !

Mieux vaut prendre un bon grog bien chaud (citron, miel et une goutte de rhum), du bouillon de poule (avec les os, chargés en moelle), et faire des inhalations d'eucalyptus.

Médicaments contre l'ostéoporose

Les femmes sont incitées à prendre de plus en plus de médicaments contre l'ostéoporose (maladie des os poreux), et il est vrai que, après la ménopause, leurs os ont tendance à se fragiliser.

Toutefois, le nombre de fractures observées chez les femmes âgées ne connaît aucune diminution.

Ce n'est pas étonnant : aucune étude n'a montré que les biphosphonates (médicaments contre l'ostéoporose) renforcent la solidité des os.

Il faut savoir que les biphosphonates sont des produits qui viennent de l'industrie de la lessive, qui les utilise pour empêcher le magnésium et le calcium de se redéposer sur le linge [5].

Ils fonctionnent en bloquant la capacité de notre corps à détruire les vieilles cellules d'os.

A priori, cela peut sembler une bonne chose. Sauf que la raison pour laquelle nous avons ce mécanisme de destruction de nos vieilles cellules d'os, c'est pour leur permettre d'être remplacées par de nouvelles cellules, plus solides !

Si vous empêchez ce processus naturel d'avoir lieu, ne soyez pas surpris que vos os deviennent de plus en plus fragiles.

La solution : les os sont comme les muscles, ils se renforcent lorsque vous poussez et tirez dessus. Ils fondent quand vous ne vous en servez pas. Pour garder des os solides, il faut donc les soumettre à l'effort, en faisant de l'exercice physique. Et vous trouverez tous les sels minéraux nécessaires à leur entretien en mangeant beaucoup de légumes, surtout les légumes verts.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysiane
Cofondatrice
avatar

Messages : 9188
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Extraits de Santé Nature Innovation   Mer 22 Avr - 8:57

Citation :
Du nouveau sur la sclérose en plaques

Chère lectrice cher lecteur,

Le scandale des compléments alimentaires frauduleux dans les grandes chaînes de distribution américaines [1] tombe mal.

Il intervient alors qu’arrive une abondante moisson d’études médicales sur les bienfaits des compléments alimentaires contre les maladies.

On note en particulier une belle étude sur les micronutriments dans la lutte contre la sclérose en plaques [2].

Déficit en micronutriments dans la sclérose en plaques

Les scientifiques se sont aperçus que les femmes touchées par la sclérose en plaques ont de plus faibles niveaux de micronutriments antioxydants et anti-inflammatoires que les femmes en bonne santé.

Ces micronutriments sont :

les folates (vitamine B9)

le magnésium

la lutéine

la zéaxanthine

la quercétine

« Dans la mesure où la sclérose en plaques est une maladie inflammatoire chronique, avoir assez de nutriments aux propriétés anti-inflammatoires pourrait prévenir la maladie ou réduire le risque d’attaque cérébrale (AVC) chez les personnes déjà touchées par la sclérose en plaques », a déclaré l’auteur de l’étude, le Dr Sandra D. Cassard de l’Université John Hopkins à Baltimore (Etats-Unis).

Mais ces substances étant peu connues pour la plupart, permettez-moi d’en dire un mot.

Folates

Folates est l’appellation qui regroupe les formes solubles naturelles de vitamine B9 que l’on trouve naturellement dans la nourriture.

Manquer de folates a des effets ravageurs, pas seulement sur la sclérose en plaques mais aussi sur le développement des bébés dans le ventre de leur mère, et probablement aussi concernant le risque de cancer.

Le mot folates appartient à la même famille que « feuille » et ce n’est pas un hasard : on trouve en effet de grandes quantités de folates dans les légumes à feuilles.

Les meilleures sources alimentaires de folates sont les légumes comme la laitue romaine, les épinards, les asperges, le persil, les brocolis, le chou-fleur, les verts de navet, les feuilles de moutarde, les betteraves et les lentilles. Vous en trouvez aussi des quantités importantes dans le foie de veau et le foie de volaille [3].

Les apports quotidiens recommandés en folates sont de 400 microgrammes, ce qui correspond à une grosse portion de lentilles, une double portion d’asperges, d’épinards ou de haricots. On voit que, pour la plupart d’entre nous, les 400 microgrammes sont difficiles à atteindre sans supplémentation.

Aux Etats-Unis, les autorités sanitaires (Center for Disease Control and Prevention) recommandent une complémentation permanente en folates aux femmes en âge d’avoir des enfants.

Parenthèse :

Les folates sont fréquemment confondus avec l’acide folique.

L’acide folique est la forme synthétique de folates que l’on trouve en général dans les compléments alimentaires.

L’acide folique est aujourd’hui systématiquement prescrit aux femmes enceintes pour éviter chez leur bébé les malformations du tube neural (colonne vertébrale et cerveau).

Les lecteurs de Santé Nature Innovation n’ignorent pas, cependant, que cette précaution n’est pas optimale car trop tardive : c’est dans les mois qui précèdent la grossesse et immédiatement après la fécondation que l’apport de folates réduit le risque, pour le bébé, de malformations qui se produisent dans les 3e et 4e semaines après la conception.

Ensuite il est trop tard, du moins pour le bébé, la supplémentation ayant d’autres bienfaits pour la maman.

Cette prise en compte de l’acide folique est toutefois un pas dans la bonne direction pour les gynécologues, et un des rares exemples où les progrès de la nutrithérapie sont aujourd’hui effectivement pris en compte dans la pratique médicale conventionnelle.

Suite de la lettre de ce jour :

Magnésium

Le magnésium est un minéral essentiel. Il participe à plus de 300 réactions métaboliques dans le corps.

Il contribue notamment à la transmission nerveuse et à la relaxation musculaire après la contraction, ce qui est important pour tous les muscles, et vital pour le cœur qui est notre muscle le plus important. Sans lui, le cœur ne peut battre régulièrement. Le magnésium permet aussi de réguler le taux de sucre dans le sang, la dilatation des artères, il est indispensable pour utiliser les graisses (métabolisme des lipides), il peut soulager les migraines et les douleurs liées aux règles chez la femme.

De récentes études ont établi qu’un bon apport réduit le risque de cancer du côlon [4].

Le magnésium se trouve dans les légumineuses, les graines, les noix, les céréales entières, le germe de blé, les légumes à feuilles vert foncé et la levure de bière. En revanche, le raffinage et les divers traitements industriels agro-alimentaires réduisent beaucoup la teneur des aliments en ce précieux minéral.

Lutéine et zéaxanthine

Je me permets de traiter ces deux nutriments ensemble car il s’agit de deux antioxydants de composition chimique proche, et qui sont très souvent associés dans les compléments alimentaires. On les trouve d’ailleurs aussi ensemble dans le jaune d’œuf.

Tous deux appartiennent à la classe des caroténoïdes.

Ce sont des antioxydants puissants, ce qui explique leur action possible contre la sclérose en plaques puisqu’ils protègent les cellules nerveuses.

Toutefois, la lutéine et la zéaxanthine sont surtout connues du grand public pour leurs effets sur les yeux.

Selon la grande étude AREDS (Age-Related Eye Disease Study) menée par le National Eye Institute aux Etats-Unis, elles ont un effet protecteur contre certaines formes de dégénérescence rétinienne, en particulier contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA).

La DMLA représente, à elle seule, 50 % des cas de cécité (aveugle) après 45 ans. Elle atteindrait, en France, plus d'un million de personnes.

Elle se caractérise par des lésions dégénératives de la région maculaire qui s'accompagnent d'une diminution de l'acuité visuelle centrale. Cette partie de la rétine est responsable de la vision des détails, indispensable à la lecture, à l'écriture et à la reconnaissance des visages. Il n'existe actuellement quasiment aucun moyen chirurgical ou médical pour la traiter.2028

En revanche, on s’est aperçu que la lutéine et la zéaxanthine, des pigments jaune-orange antioxydants qui se trouvent dans l’alimentation, vont se concentrer dans la rétine et la protègent de certains rayons électromagnétiques (lumière bleue) qui l’abiment.

Depuis cette découverte, de très nombreuses personnes âgées aux Etats-Unis en prennent sous forme de compléments alimentaires, à tel point que, malgré le vieillissement de la population, on a assisté ces dix dernières années à un recul global de ces maladies oculaires.

On trouve la lutéine et la zéaxanthine dans les légumes-feuilles vert foncé (par exemple les épinards et le chou frisé), dans divers fruits et céréales, ainsi que dans le jaune d’œuf ; les graisses animales sont également sources de lutéine.

Quercétine (notez bien ce nom)

La quercétine est aussi un antioxydant. Par contre, ce n’est pas un caroténoïde mais un flavonoïde, c’est-à-dire une molécule aromatique appartenant à la famille des polyphénols.

C’est un composé dont on va beaucoup parler dans les années à venir car la quercétine est le plus actif des flavonoïdes. De nombreuses plantes médicinales, comme le ginkgo et le millepertuis, lui doivent leur efficacité.

La quercétine inhibe la production de TNFα (cytokine impliquée dans l’inflammation) dans les macrophages, de IL8 dans les cellules pulmonaires, et de deux cytokines (TNFα et IL-1a) dans les neurones.

C’est cette action anti-inflammatoire qui la rend intéressante dans la lutte contre la sclérose en plaques.

Elle est abondante dans les câpres, le piment, le sureau, le cassis, la myrtille et dans l’oignon, surtout l’oignon rouge. Vous le reconnaissez parce qu’il a une forte saveur amère.

N’oubliez pas la vitamine D

Au vu de ces résultats, il semble raisonnable que les personnes atteintes de sclérose en plaques se soucient, encore plus que les autres, de leurs apports en micronutriments et en particulier en antioxydants.

Toutefois, cela ne doit pas faire oublier que le principal actif connu aujourd’hui contre la sclérose en plaques reste la vitamine D.

La vitamine D, comme vous le savez, est synthétisée par la peau sous l'action des rayons solaires UV-B.

Entre 1960 et 1993, plusieurs études se sont penchées sur les zones du monde les plus touchées par la sclérose en plaques. Elles ont suggéré, puis confirmé, qu’il existe une relation directe entre durée globale d'ensoleillement et apparition de la maladie. Plus on s'éloigne de l'équateur, plus les cas de sclérose en plaques sont nombreux [5].

Les scientifiques soupçonnaient donc depuis des décennies un lien entre le manque de vitamine D et la sclérose en plaques.

En 2006, une étude a examiné la teneur en vitamine D du sang de militaires américains ayant contracté la sclérose en plaques. Elle a montré que les personnes malades avaient en général souffert d’un très grand déficit en vitamine D plusieurs années avant l'apparition de la maladie.

En 2009, des chercheurs canadiens ont donné 14 000 UI de vitamine D3 par jour à 25 malades (une forte dose, un peu supérieure à ce qu'il est possible d'obtenir via un ensoleillement maximal), 25 autres recevant un placebo. Au bout d'un an, le nombre de poussées avait été diminué de 70 % dans le groupe qui prenait la vitamine D. Cette efficacité était supérieure à celle obtenue par les médicaments de référence comme l'interféron [6].

Face à de tels signes, il serait extrêmement dommage de se priver de l’effet préventif de la vitamine D. Exposez-vous autant que possible au soleil, et prenez de la vitamine D tous les jours sous forme de complément.

D’autant que la vitamine D, en plus de vous protéger probablement contre la sclérose en plaques, aura de multiples autres bienfaits sur votre santé, votre moral, renforcera vos os (en aidant à l’assimilation du calcium), diminuera votre risque de cancer, de dépression, etc.

Aucun risque de surdosage n’existe avec la vitamine D jusqu’à 10 000 UI par jour. Par sécurité, ne dépassez pas 5000 UI par jour sur plusieurs années. Et prenez au minimum 4000 UI.

À votre santé !

Jean-Marc Dupuis

PS : Quercétine, lutéine, zéaxanthine… vous savez que vous pouvez bénéficier de ces substances naturelles, mais vous avez peur de vous y perdre entre tous ces noms compliqués ? C’est normal.

Les thérapies naturelles constituent un monde à découvrir – avec ses trésors, et ses écueils. Vous avez besoin d’un bon guide pour l’explorer. La lettre gratuite (oui, entièrement gratuite) Néo-nutrition a été créée pour vous accompagner, et vous familiariser en un minimum de temps.

Néo-nutrition , c’est l’actualité de la nutrithérapie : les dernières études, les nouvelles substances découvertes ou redécouvertes par les meilleurs chercheurs autour du monde : pycnogénol, carnosine, astragaloside...

Néo-nutrition vous présente les produits qui marchent, et ceux qui ne marchent pas. Plus la peine d’expérimenter seul. Vous économisez du temps et de l’argent.

Vous apprendrez des nutriments, végétaux et minéraux aux propriétés insoupçonnées et pouvant avoir des effets importants pour votre santé. C'est un objectif exigeant, pour moi comme pour vous, qui implique de sortir des sentiers battus et d'appréhender la santé et la longévité d'une manière totalement nouvelle et d'autant plus rigoureuse.

Aussi, il est possible que cette lettre ne vous convienne pas, en tout cas pas maintenant ou pas encore. Nous n'avons pas tous besoin des mêmes informations et des mêmes conseils au même moment.

Néo-nutrition s'adresse à ceux qui veulent aller plus loin, aussi bien dans la prévention que la guérison.

Si vous pensez que c'est le bon moment pour vous, vous pouvez vous inscrire en cliquant ici (c’est gratuit).

Vous recevrez immédiatement un premier dossier sur la vitamine B9 (folate), souvent mal utilisée ou oubliée, alors que ses bienfaits sont étonnants.

******************************
Publicités :

Prévention : Il y a 12 ans déjà que des lecteurs bien informés ont été sensibilisés sur les risques réels de la pilule contraceptive, 5 ans qu’ils savent le danger des médicaments anti-cholestérol (statines). Ils en connaissent aussi les alternatives naturelles, efficaces et validées scientifiquement. Découvrez vous aussi le journal de référence de la santé naturelle depuis plus de 30 ans en vous rendant ici.

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu'il faut l'associer à de l'huile pour l'assimiler ? Découvrez les Dossiers de Santé & Nutrition dans cette vidéo.

Secrets de jeunesse pour une vieillesse heureuse : La médecine anti-âge fait actuellement des progrès étonnants. Vous pouvez en bénéficier en suivant les conseils du Docteur Hertoghe, président de l'Association Mondiale de Médecine Anti-âge. Rendez-vous ici.

******************************

Si vous n'êtes pas encore abonné à La Lettre Santé Nature Innovation et que vous souhaitez vous aussi la recevoir gratuitement, inscrivez-vous ici.

******************************

Pour être sûr de bien recevoir La Lettre Santé Nature Innovation sans qu'elle se perde dans votre boîte de messagerie électronique, visitez la page suivante.

******************************

Si vous souhaitez commenter cet article, je vous invite à le faire ici.

******************************

Si vous pensez que ce message pourrait intéresser un ami ou un proche, n'hésitez pas à le lui transférer par email (utilisez la fonction "transférer ce message" dans votre boîte de messagerie électronique). Pour partager cet article, vous pouvez utiliser l'un des réseaux sociaux suivants :

Partagez sur Twitter Partagez sur Facebook Partagez sur Pinterest Partagez sur Google + Partagez sur LinkedIn
******************************

Sources :

[1] Grande distribution, grande arnaque

[2] American Academy of Neurology (AAN). "People with multiple sclerosis may have lower levels of key nutrients." ScienceDaily. ScienceDaily, 19 February 2015.

[3] folate

[4] Wark PA, Lau R, Norat T, Kampman E. Magnesium intake and colorectal tumor risk: a case-control study and meta-analysis. Am J Clin Nutr. 2012 Aug 1.

[5] Quels liens entre sclérose en plaques et vitamine D ?

[6] American Academy of Neurology, 2009.

******************************

Les informations de cette lettre d'information sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être entrepris en se basant uniquement sur le contenu de cette lettre, et il est fortement recommandé au lecteur de consulter des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires pour toute question relative à leur santé et leur bien-être. L’éditeur n’est pas un fournisseur de soins médicaux homologués. L’éditeur de cette lettre d'information ne pratique à aucun titre la médecine lui-même, ni aucune autre profession thérapeutique, et s’interdit formellement d’entrer dans une relation de praticien de santé vis-à-vis de malades avec ses lecteurs. Aucune des informations ou de produits mentionnés sur ce site ne sont destinés à diagnostiquer, traiter, atténuer ou guérir une maladie.

La Lettre Santé Nature Innovation est un service d'information gratuit de Santé Nature Innovation (SNI Editions).

Service courrier : Sercogest, 60 avenue du Général de Gaulle, 92800 Puteaux - France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Extraits de Santé Nature Innovation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Extraits de Santé Nature Innovation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extraits de Santé Nature Innovation
» Extrait de Santé Nature Innovation sur une émotion
» Extrait de Santé Nature Innovation sur l'enrichissement des industriels de l'alimentation
» Crime "contre-nature"
» [Fête] Les Gardiens de la Nature vous invitent...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Vadrouilleurs, Guilde marchande des Royaumes, Flotte commerciale :: Section HRP :: Humanitaire et divers :: Sujets intéressants et humanitaires-
Sauter vers: